Expéditions Antarctiques de Jean-Baptiste Charcot 

Tout le monde connait la fin tragique de Jean-Baptiste Charcot et de l'équipage du "Pourquoi Pas ?", en 1936.
Le grand public connait moins ses expéditions Antarctiques. Avant de connaitre la célèbrité dans le Nord, Jean-Baptiste Charcot avait déja organisé deux grandes expéditions en Antarctique, en 1903-1905 avec le "Français" puis 1908-1910 avec le "Pourquoi Pas ?".
Après de nombreux voyages avec son père Jean-Martin Charcot, Jean-Baptiste avait acheté son premier yacht en 1892. Avec son troisième navire (le deuxième "Pourquoi Pas ?"), en 1902 Charcot navigue dans l'Arctique, approchant les glaces vers l'Islande et l'île Jean Mayen.
Sa première expédition Antarctique, privée, est aidée par une souscription nationale pour palier la pingrerie des pouvoirs publics. Elle le mène de 1903-1905 le long de la Terre de Graham. Son navire est le "Français", trois-mâts goélette de 32 m et 250 tonneaux, construit à Saint-Malo. Il passe vingt-deux mois le long du continent Austral (Terre de Graham) dont un hivernage à l'île Wandel...
A cette expédition participe Jean Turquet qui s'occupe de Zoologie et de Botanique, ainsi que, comme matelot-élève, le brillant  Raymond Rallier du Baty qui s'illustrera plus tard aux îles Kerguelen, sur le "J.-B. Charcot" (1907-1909) et sur la "Curieuse" (1912-1914) .
Charcot relate cette expédition et l'hivernage sur l'ile Wandel dans son livre "Le Français au Pôle Sud". Il révele son humour et sa grande profonde humanité ainsi son amour des bêtes et un certain paternalisme (réédition Editions de l'Estran - 1997).
Endommagé, sur le retour, par un "talonnage" sur un récif à fleur d'eau, le "Francais" sera vendu au gouvernement Argentin.
A son retour en France, Charcot est acclamé (sauf par sa femme Jeanne, une petite-fille de Victor-Hugo, qui demande le divorce...). La construction d'un nouveau navire sera aidée par l'Etat. 
Charcot fait construire le "Pourquoi Pas ?" (son 4ème bateau portant ce nom) toujours à Saint-Malo. C'est un trois-mâts barque de 40 m et 825 tonnaux. Ce trois mats barque à moteur auxiliaire est spécialement conçu pour les expéditions polaires, en tenant compte de l'expérience de son "Francais", du "Scotia" de Bruce et du "Discovery" de Scott (1902). A bord, éclairage électrique et une bibliothèque de  1500 volumes, mais la machine ne fait que 550 ch...
Il appareille du Havre fin Aout 1908, après un triste accident coutant la vie à un matelot. Sa seconde femme, Marguerite ("Meg"), est à bord jusqu'à Punta ArenasCette fois encore l'expédition débute, en 1909, le long de la Terre de Graham. Après un hivernage sur l'île Peterman, Charcot longera la banquise jusqu'à 120° Ouest, reconnaissant l'île Alexandre (découverte par Belingshausen), l'île Charcot (nommée d'après son père, Jean-Martin Charcot, célèbre neurologue) et l'île Pierre Premier.
Au retour Charcot publiera le récit de son voyage : "Le Pourquoi-Pas ? dans l'Antarctique" (réédition Arthaud - 1996).
Après cette expédition Charcot ne retournera pas dans l'Antarctique, mais fera avec le "Pourquoi Pas ?" des  expéditions dans le Nord, en 1911-1914 comme navire école. Pendant la guerre il commande succesivement deux Q-Ship (navire anti-sous-marin déguisé en bateau marchand), "La Meg" puis "La Meg II", du nom de sa femme.
Puis après la guerre à partir de 1925, Charcot retrouve son "Pourquoi Pas ?" et reprend les expéditions arctiques. Plusieurs explorateurs polaires participeront à ses expéditions au GroenlandParmi eux Paul-Emile Victor et Robert Gessain (Groenland 1934-35).
Le 3 Aout 1936, le "Pourquoi-Pas ?" dépose au Groenland la deuxième mission de Paul-Emile Victor.
C'est sur le retour, en Islande, au large de Alftanès (à 30 milles au NW de Reykjavik) que le "Pourquoi Pas ?" fera naufrage le 16 Septembre 1936, en panne de machine après une explosion de grisou.

Sur les 43 membres de l'équipage il n'y aura qu'un seul survivant, le Maître Timonier Gonidec. Les funérailles des victimes auront lieu à Saint-Malo.



D'autres pays ont consacré des timbres au Commandant Charcot et à ses navires (images "clicquables") :
Falkland Islands Dependencies British Antarctic Territory
"Le Français" (1903-1905)
"Le Pourquoi Pas ?" (1908-1910)
Jean Charcot et "Le Pourquoi Pas ?"

Retour au sommaire
Page réalisée par Yves Duflot
E.Mail: Yves.Duflot@enst-bretagne.fr
Dernière mise à jour: 7 février 2000